L’ATE salue la décision du Tribunal fédéral. Celui-ci a en effet partiellement admis le recours interjeté au printemps 2016 contre la révision de la loi cantonale qui prévoyait, entre autres, la suppression du droit d’emption communal.

L’ATE, Pro Natura et le WWF ont déposé une opposition contre la liaison Birch-
Luggiwil, mise à l’enquête par la Confédération. Les trois associations
considèrent que ce projet viole les principes de coordination et de précaution,
pourtant essentiels en droit de l’environnement. En effet, la liaison Birch-Luggiwil
est la première étape du projet de contournement de Guin rendant nécessaire une étude sur l’impact de la totalité du projet sur l’environnement et le trafic motorisé dans le secteur. En plus de cela, le tracé mis à l'enquête porte des atteintes non négligeables à la protection de la faune sauvage et du paysage.

L’ATE soutient la politique foncière active, favorable au développement de l’emploi dans notre canton. Mais, celle-ci doit favoriser les entreprises à fortes prenant des mesures positives pour l’environnement et une mobilité d’avenir. L’implantation d’une halle de stockage pour IKEA ne remplirait de toute évidence pas ces conditions.

 La décision d’abandonner la construction d’une halle de stockage pour IKEA à Avenches semble conduire à l’éventualité d’un déplacement du projet à Saint-Aubin, où le canton de Fribourg à récemment acquis les terrains de l’entreprise Elanco. L’ATE regretterait que cette option se concrétise et n’hésitera pas à agir, si nécessaire.

L'ATE s'oppose à l'extension de la zone gravière, à la création d'une décharge et à la construction d'une nouvelle route d'accès.

La Commune de Guin a mis à l'enquête un projet d'extension de la zone gravière et de création d'une décharge au Lengi Weid qui comprend la construction d'une nouvelle route d'accès. L'ATE, section Fribourg a déposé une opposition qui se base principalement sur les risques et les nuisances liés à l'augmentation du trafic des poids lourds.
L'ATE section Fribourg regrette en particuliers le manque, dans le dossier mis à l'enquête, d'analyses sérieuses et approfondies des nuisances et des risques liés à l'augmentation du trafic des poids lourds induit par ce projet dans le village de Guin (entre 40 et 200 camions par jour).

Les efforts de promotion économique du Conseil d'État sont ils vraiment efficients ? 

Fribourg, 5 janvier 2016 

Le Conseil d'État souhaite acheter pour 20 millions de francs d'actifs immobiliers à St-Aubin et à Marly. L'ATE, section Fribourg se demande si les investissements pour la promotion économique du Conseil d'État, en particuliers à Marly, ne seraient pas plus efficients proches des axes routiers existants ?

Etant donné des valeurs pour l'Av. du Général-Guisan qui dépassent de 12% le maximum autorisé et ne respectent donc pas les conditions fixées par le PDpT, établi par les communes de Fribourg et de Granges-Paccot et approuvé par l'État de Fribourg. L'ATE, section Fribourg, demande par courrier du 30 décembre 2016 au département en charge, d'effectuer des comptages complémentaires à tous les endroits concernés d'ici 6 mois, à savoir au plus tard en juin 2017.

Si ces nouvelles mesures ne s'avéraient pas satisfaisantes, à savoir ne permettaient pas de faire respecter le PDpT, l'ATE demandera la mise en place de mesures complémentaires (zone 30, priorité aux cycles au niveau de l'intersection avec le ch. du Nord, etc.).

Suite à l’abandon de la semaine de la mobilité, annoncé lors de notre assemblée générale 2016, l’ATE a souhaité faire perdurer cette tradition sous une forme plus légère, dans un premier temps. Une journée de la mobilité a donc été organisée cette année. Une centaine d'étudiants étaient attendus pour cette première édition, organisée en collaboration avec les TPF, Fribourg tourisme et la Ville de Fribourg. 

Le canton a fait part de son intention d’acheter le site Tetra Pak à Romont. L’achat doit encore être validé par le Grand Conseil. L’ATE salue cette décision et espère qu’elle permettra au canton d’assurer la venue d’entreprises favorisant une utilisation intelligente du sol ainsi qu’une mobilité respectueuse de l’environnement.

Pour un avenir sans carburants fossiles

Auspuff

L’Assemblée des délégués de l’ATE Association transports et environnement a adopté son nouveau programme pluriannuel 2018-2020 portant sur les axes thématiques: réchauffement climatique et carburants, aménagement du territoire et des transports favorable à l’environnement, et sécurité routière et mobilité en réseau sur fond de révolution digitale. L’ATE entend ainsi contribuer à l’émergence d’une mobilité durable et écologique pour notre pays.

Les quelque 80 délégués des 23 sections de l’ATE et son Comité central ont été unanimes à reconnaître que l’ATE doit conserver et renforcer son identité d’organisation environnementale combative. En considération du réchauffement climatique, de la ratification de l’Accord de Paris, des prochaines délibérations sur la loi sur le CO2 et de la mise en œuvre de la stratégie énergétique 2050, l’ATE va s’investir davantage encore pour l’introduction de règles claires et efficaces en matière de transports et pour la promotion d’une mobilité sans sources d’énergie fossiles. Il faut savoir qu’en Suisse, 40% des émissions de CO2 sont dus aux transports. En outre, les moteurs à combustion émettent non seulement du CO2 mais aussi beaucoup de polluants, tels que particules fines et oxydes d’azote, particulièrement nocifs pour la santé et l’environnement.

L’ATE usera de toute son influence pour que l’industrie automobile respecte les règles et les conditions cadres telles qu’elles ont été définies et qu’elle cesse de les contourner pour des motifs fallacieux, par des tours de passe-passe ou par des fraudes. En outre, elle pèsera de tout son poids pour que ces conditions-cadres soient définies dans l’intérêt de la santé de la population et de la protection de l’environnement. Dès lors, des objectifs environnementaux bien plus ambitieux s’imposent en matière de transports, sans quoi la Suisse risque de rater gravement les objectifs de l’Accord de Paris.

Le nouveau programme pluriannuel de l’ATE met l’accent sur la priorisation d’une mobilité plus écologique pour la Suisse et en particulier sur tous les modes de vie et d’habitat qui ne dépendent pas de la voiture: elle passe par la promotion des transports publics nationaux et urbains et de la mobilité douce, ainsi que par la gestion intelligente de la circulation par une mise en œuvre rapide des possibilités de l’informatique moderne. Pour donner à la mobilité un caractère durable, il faut non seulement créer de meilleures conditions cadres, mais également induire des changements comportementaux débouchant sur une mobilité plus respectueuse de la population et de l’environnement.

Par ailleurs, l’ATE va continuer de combattre l’écart de prix grandissant entre les transports publics les transports motorisés, afin de freiner la croissance du trafic et d’éviter un report du trafic voyageurs vers la route. Elle va s’engager pour que les coûts externes des transports soient pris en compte, y compris ceux des transports aériens – en Suisse, ceux-ci sont responsables de 16 % des émissions de CO2.

Les délégués de l’ATE sont unanimes à reconnaître que bien trop de moyens financiers sont consacrés à la route. Dès lors, l’ATE va s’investir pour davantage d’équité dans l’utilisation de l’espace public au niveau de la planification des infrastructures de transport et de l’aménagement du territoire. Il est grand temps d’accorder enfin à la mobilité cycliste et piétonne la place qui leur revient sur la chaussée.

Plus d'informations

Evi Allemann, Présidente de l’ATE, 079 560 72 94
Lisa Mazzone, Vize-Präsidentin VCS, tél. 077 404 16 08
Matthias Müller, Responsable Communication et Public Affairs, 079 757 00 91